lundi 7 janvier 2013

Black Buck (1/3)

Base RAF de Waddington en Angleterre, 9 avril 1982. La base reçoit l'ordre de se mettre en alerte. Le RAF no 44 Squadron reçoit l'ordre de transformer le Vulcan en bombardier conventionnel intercontinental, chose pour laquelle il n'avait pas été conçu à la base…c'est le début d'un des raids les plus audacieux jamais tenté.

l'Avro "Vulcan"
Pour mieux comprendre ce qui se passe, un petit retour en arrière s'impose.


Le 2 avril 1982, l'Argentine envahit les îles Falklands (ou Malouines) par la force. L'Argentine soutient que les "Malvinas" leurs appartiennent, et que les britanniques les ont prises par la force il y a déjà plus d'un siècle. Les britanniques de leur côté ne veulent pas abandonner les "Falklands". En pleine Guerre Froide, deux pays pourtant alliés contre l'Union Soviétique viennent de se déclarer la guerre. Pour un comble c'est un comble.

Margaret Thatcher, alors premier ministre, réplique en annonçant qu'elle n'abandonnera pas les Falklands, et qu'elle les reprendra par la force si nécessaire. Elle décide immédiatement l'envoi d'une armada dans l'Atlantique Sud, organisée autour d'un porte-aéronefs, et nomme l'amiral "Sandy" Woodward commandant de cette task force, avec une mission simple : reconquérir les Falklands. La Royal Navy se met en ordre de bataille.

Il faut 25 jours pour que les navires se mettent en place aux large des Malouines. En attendant, la Royal Air Force (RAF) ne reste pas inactive. Sir Michael Beetham, le "chief of air staff" (équivalent du chef d'état-major de l'armée de l'air) propose une mission très audacieuse à Margaret Thatcher. Il s'agit d'aller bombarder les positions ennemies sur l'aéroport de Port Stanley (capitale des Falklands) avec des bombardiers à long rayon d''action de la RAF. Margaret Thatcher est séduite et donne son feu vert.

vue de l'Avro "Vulcan"

En matière de bombardiers à long rayon d'action, la Grande Bretagne possède la "série des V" : les Valiant, Victor et Vulcan. Conçu dans les années 60, la plupart de ces bombardiers ne sont plus de toute jeunesse : les Valiant ont été retiré du service car trop fatigués, les Victor ont été réformés ou convertis en citerne volante…ne reste que les Vulcan. Et encore, les Vulcan sont eux aussi à bout de souffle : depuis que la Grande bretagne à décidé de confier toute sa dissuasion nucléaire aux sous-marins Polaris, la flotte stratégique s'effrite d'années en années. Les Vulcan sont d'ailleurs programmés pour être retirés du service l'année même. Ce ne sera finalement pas le cas.

La base de Waddington se met donc en alerte pour convertir son bombardier stratégique en bombardier conventionnel. Pour aller bombarder Port Stanley, la tâche s'avère pourtant presque impossible. Même en utilisant la base britannique la plus proche, à savoir l'île d'ascension, il restait au Vulcain plus de 7500 km, soit plus du double de son autonomie maximale. Pour réussir, une seule solution était possible : le ravitaillement en vol.

Ravitaillement en vol d'un "Bucanner" par un "Victor" au  moyen de paniers de ravitaillement
Petit soucis : le Vulcan possédait une perche de ravitaillement en vol…qui ne fonctionnait pas. En effet, la RAF avait décidé dans les années 60 que l'autonomie du Vulcan était suffisante…et avait gardé la perche de ravitaillement en vol, mais démonté les lignes d'alimentation et le système de contrôle pour gagner du poids. Cela faisait presque 15 ans qu'aucun pilote du Vulcan ne s'était entrainé au ravitaillement en vol…d'après les anciens pilotes, la cause de l'arrêt du ravitaillement en vol venait du fait que la manœuvre était simplement trop dangereuse…pas rassurant comme remarque ! Des soucis de fuites de carburant avait également incité la RAF à démonter les équipements de ravitaillement.

Qu'importe, voilà les braves techniciens envoyés au archives du squadron pour retrouver les plans de montage du système de ravitaillement, avant de partir dans les nombreux hangars de stockage pour retrouver les bonnes pièces détachées…qui ne sont plus stockées ! Commence alors une véritable chasse au trésor pour retrouver les éléments. Des Vulcans désaffectés sont cannibalisés, et on retrouve même un embout de perche de ravitaillement dans la salle de repos des équipages…où il servait de cendrier depuis plusieurs années ! Bref le système D à toujours le dernier mot !

la perche de ravitaillement en vol du "Vulcan"

Pendant ce temps, les pilotes sélectionnés pour la mission étaient en formation plus qu'accéléré : il disposait de deux semaines pour apprendre le ravitaillement en vol et le bombardement conventionnel, deux spécialités qui demandent normalement des mois d'apprentissage.

Ce n'était que le début d'un des plus long raids de l'histoire...

1 commentaire:

  1. très intéressant et inédit pour moi, j'ai hâte de lire la suite!

    RépondreSupprimer